Indice AHI

Indice d'apnée-hypopnée (indice AHI)

L'IAH est le nombre d'apnées ou d'hypopnées enregistrées pendant la polysomnographie par heure de sommeil. Il est souvent mentionné dans les appareils CPAP comme "nombre d'événements par heure". Selon l'indice AHI, la gravité de l'apnée du sommeil est classée.

  • En bonne santé : IAH inférieur à 5 par heure
  • Degré léger : IAH de 5 à 15 par heure
  • Degré moyen : IAH de 15 à 30 par heure
  • Grave : à partir d'un IAH supérieur à 30 par heure

Parfois, la polysomnographie utilise également le Respiratory Disturbance Index (RDI). Cela peut être déroutant pour beaucoup, car le RDI ne comprend pas seulement les apnées et les hypopnées, mais aussi d'autres irrégularités respiratoires plus subtiles. Cela signifie que l'indice RDI d'une personne peut être plus élevé que l'IAH.

 

Quelle est la fiabilité de l'indice AHI ?

Comme la polysomnographie ne mesure que les apnées et les hypopnées qui durent au moins 10 secondes, de nombreuses pauses respiratoires courtes, même si elles se suivent immédiatement, ne pourraient pas être comptées. Si l'on imagine que l'on a eu 6 interruptions de 9 secondes chacune dans la minute, on n'a donc fait qu'environ 6 respirations par minute. Normalement, une personne en bonne santé respire environ 12 à 20 fois par minute.

Désaturation en oxygène

Pendant la polysomnographie, une diminution du taux d'oxygène dans le sang (désaturation) est également enregistrée. Au niveau de la mer, une teneur normale en oxygène dans le sang (saturation) est normalement de 96 à 99%. Bien qu'il n'existe pas de classification généralement acceptée pour la gravité de la désaturation en oxygène, les réductions de courte durée à pas moins de 92% sont normalement considérées comme légères. Les chutes dans la fourchette de 80 à 89% peuvent être considérées comme modérées, et celles inférieures à 80% sont graves. Cependant, une réduction permanente de la saturation en oxygène en dessous de 92% peut être fatale pour le corps. Les personnes souffrant d'apnée du sommeil qui ont un rétrécissement des voies respiratoires ont tendance à avoir des désaturations en oxygène non seulement la nuit, mais souvent aussi pendant la journée. C'est pourquoi le traitement de choix de l'apnée obstructive du sommeil devrait toujours, dans la mesure du possible, éliminer la cause (traitement causal).